OFFICIEL : LES TATOUAGES D’ANIMAUX PERMETTRAIENT UNE RÉINCARNATION QUASI ASSURÉE 

C’est officiel, d’après une étude validée par la SNAT (http://www.s-n-a-t.org/) et par L’INREES –(Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires : http://www.inrees.com/videos/551/ ), le simple fait de se faire tatouer son animal totem permettrait une réincarnation quasi certaine dans le corps du dit animal. 

Il semblerait que la fusion entre l’encre utilisée par les artistes tatoueurs et la force de la foi profonde en la réincarnation du tatoué, serait à l’origine une réaction chimique comparable à la téléportation.

Deux étapes permettraient cette fusion. Durant l’acte du tatoueur : la tatoueur et le tatoué doivent IMPERATIVEMENT se sentir loup, « penser comme » un loup si il s’agit d’un loup, une coccinelle si il s’agit d’une coccinelle, etc. La seconde étape se situant, on l’espère, bien des années après l’achèvement de la création : au moment précis du trépas du tatoué, il est PRIMORDIALE que l’individu se masse le tatouage en prononçant cette formule (à adapter à chaque animal bien sur) : « Merci pour ton corps loup, je quitte le mien pour rejoindre le tien, ne bouge pas je viens ».

DavidDavid2
Aussi incroyable que cela puisse paraître c’est ce dont est intimement persuadé Phong, 29 ans, vietnamien d’origine, qui a décidé de se faire tatouer non pas un, mais deux singes ! Un par épaule. Voici son témoignage :

« Effectivement oui j’ai deux singes, un en couleur, l’autre en monochrome, j’avais envie, et surtout besoin je crois, d’être comme « cerné » (il fait le signe des guillemets avec ses doigts) par mon animal totem, qui me rappelle mes origines »

Céline

Nabila, d’origine syrienne, 19 ans à ce jour, déifie littéralement l’animal « chat ».  L’année de ses 12 ans,  contre l’avis de ces parents, elle fait une fausse autorisation qu’elle donne au tatoueur le jour de l’acte :

« Je ne pouvais pas ne pas avoir ce tatouage !! Je me voyais trop pas sans, et surtout j’avais expliqué et réexpliquer à mes parents que ce tatouage était O-BLI-GA-TOIRE (elle articule chaque syllabe) pour que je puisse être, et de un : stylé, et de deux (elle fait « un » et « deux » avec ses doigts), que sans ce tatou’, jamais je ne pourrai survivre après ma mort tu vois trop AN-GOI-SSANT? »

Claire

Un dernier témoignage, de Claudette, 55 ans. Elle a fait ce tatouage après son retour la semaine dernière d’un voyage en Thaïlande avec Yvon, son compagnon, 60 ans :

« Avec Yvon, on a été à Phuket tout ça, et on a entendu dire que les éléphants c’est hyper forts mais vachement calmes et vachement doux quand même, alors on s’est dit qu’avec les emmerdes qu’on a dans cette vie, il nous fallait au moins ça pour être moins con dans l’autre vie ! Du coup on s’est fait tatouer ! Yvon sur le ventre et je vous dis pas où va la trompe, et moi en bas du dos en mode médaillon vous voyez ? Genre il me protège ».

Lita, journaliste spécialisée en sciences parallèles et arts alternatifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s